AMB
Saturday 31 October 2020

Maintenance F-16 – mise en œuvre - Spécialités connexes

Article Index

Spécialités connexes

La Maintenance compte aussi sur d’autres sections qui interviennent en premier et/ou deuxième échelon pour assurer l’entretien de matériels et ensembles ou sous-ensembles directement liés à l’avion.

Survie

La section Survie dépend de la maintenance Avion et travaille sur l’équipement du pilote et sur l’équipement de survie qui équipe le siège de l’avion.

L’équipement du pilote soumis à vérification comprend la combinaison anti-g, le harnais et le gilet de sauvetage ainsi que le casque, le masque à oxygène et les jumelles de vision nocturne (NVG). L’ajustage d’un casque équipé du système JHMCS exige une grande minutie et peut prendre plusieurs heures. La visière sur laquelle sont projetées les données doit, en effet, être taillée en fonction des caractéristiques du visage du pilote (écart interpupillaire, taille du nez, forme du visage, etc.). Tout cet équipement est subit des contrôles périodiques. Dans leur atelier, les techniciens de la Survie confectionnent également des équipements locaux comme des pochettes à fixer sur les combinaisons anti-g ou des sacs dimensionnés pour l’emport de documents dans le cockpit.

JHMCS JHMCS casque équipé de NVG


Sur avion, le parachute stabilisateur est retiré du siège pour séchage lorsque l’appareil est en phase. Le parachute du pilote est, quant à lui, déposé tous les ans pour séchage et échange. Le kit de survie, situé sous l’assise du siège, est vérifié tous les six mois. À cette occasion, les dates de péremption des denrées périssables sont contrôlées et les remplacements nécessaires sont effectués. Il est à noter que les kits de survie utilisés en opération, qui sont spécifiques à la zone où opèrent les F-16 en déploiement, sont préparés par le Combat Survival Centre de Beauvechain mais installés par les techniciens Survie de la base.

inspection d'un gilet de sauvetage LPU-9 éléments qui composent le kit de survie table de pliage pour parachute


Le travail des techniciens de la Survie est essentiel à la sécurité des pilotes. Ils assurent par conséquent une permanence lors des périodes de vol de nuit et accompagnent systématiquement les déploiements à l’étranger.

Egress

La section Egress, composée d’armuriers, se charge de la maintenance des systèmes d’éjection, qui incluent la verrière, le siège éjectable et les différents systèmes pyrotechniques qui interviennent dans la séquence d’éjection. Elle travaille en étroite collaboration avec la Survie.

Verrières F-16 Verrière F-16 Verrière F-16


La section intervient sur le siège et son support, déposés lorsque l’avion est en phase ou que des pièces doivent être remplacées parce qu’elles ont atteint leur date limite d’utilisation. Quand l’avion arrive en fin de phase, le siège est remis en place et les vérifications fonctionnelles et opérationnelles sont réalisées. Le siège subit également une inspection approfondie tous les trois ans, qui prend de trois à cinq jours.

Les verrières sont également inspectées et soumises à des tests à la section NDI.

Vu l’impossibilité évidente de tester en conditions réelles le système d’éjection, le travail de ces techniciens est des plus rigoureux. Ils agissent généralement en binôme, ce qui permet de contrevérifier le travail effectué avant de signer les documents qui le valident et engagent leur responsabilité.

siège ACES II et support de siège système d'armement du siège (à gauche) et poignée d'éjection roquette du siège éjectable


Les armuriers de la section Egress assurent par ailleurs d'autres tâches de maintenance, comme le démontage et la dépose du canon qui est ensuite transféré à la section AME-Gun. En fin de phase, le canon est replacé dans l’avion et différents tests sont réalisés. Son axe de visée est également réglé.

AME-Gun

La section AME-Gun compte une dizaine de spécialistes en armement. Elle assure la maintenance des équipements AME (Alternate Mission Equipment), c’est-à-dire les pylônes d’emport d’armement du F-16, afin de garantir le bon fonctionnement des connexions entre l’avion et son armement. Le support fourni concerne tant les launchers destinés aux missiles air-air que les pylônes de type PIDS (Pylon Integrated Dispenser Station). Les derniers modèles acquis par la Composante Air (PIDS+) offrent une plus grande capacité de leurres thermiques et électromagnétiques couplée à un système de détection de missiles de type AAR-60(V)2. À la différence des pièces liées directement à l’armement, les capteurs électroniques installés sur ces pylônes ne sont pas entretenus par la section AME mais bien par le flight Avionics.

canon M61 pylônes MOU missile launchers


La maintenance du canon M61 est assurée lorsque l’avion arrive en phase, s’il est immobilisé ou lorsqu'une panne est détectée. Suivant la situation, la section peut travailler directement sur la ligne ou à l’Intervention ou déposer le canon. Diverses pièces sont également remplacées suivant un calendrier spécifique.

Enfin, la section s’occupe de l’entretien des dispositifs de remplissage et de chargement des obus dans le canon.

pylône PIDS TER (triple ejector racks) pour bombes chariot du canon


Dépôt de munitions

Les F-16 de la Composante Air peuvent emporter différents types de bombes guidées par laser ou GPS. L’approvisionnement des avions avec ces munitions est assuré par les munitionnaires du dépôt. Leur tâche consiste à inspecter les différents éléments des bombes livrées, à assembler les munitions réelles ou d’entraînement et à gérer leur stockage et leur transport suivant des normes de sécurité extrêmement strictes.

bombe d'exercice BDU-33 bombe d'exercice BDU-33 départ pour le champ de tir. GBU-54


Missile building

Le missile building abrite la section en charge de l’entretien des obus du canon M61 et des missiles AIM-9 Sidewinder et AIM-120 AMRAAM réels ainsi que de leur version d’entraînement. Sur base, les munitionnaires travaillent toujours en atelier. Tous les six mois, les missiles subissent une maintenance programmée. Le bon fonctionnement de leur tête et des charges explosives est contrôlé. Le nettoyage des radômes des missiles et le remplissage des bouteilles d’argon servant au refroidissement des têtes font également partie des tâches régulières. Après inspection, les munitions sont stockées dans un dépôt dans des conditions de température et d’humidité contrôlées suivant, ici aussi, des normes de sécurité très précises.

AIM-9X d'entraînement AIM-120 AMRAAM et AIM-9 Sidewinder Smokewinder


La section veille également à ce que les Smokewinders utilisés par le F-16 démo génèrent les panaches qui feront le bonheur des amateurs friands des démonstrations du F-16 solo display.

Flight Avionics

Le Flight Avionics dépend de l’Escadrille Électronique et Télécommunications (E&T) et se subdivise en deux sections :

  •  la section A s’occupe des systèmes Flight Control (commandes de vol) et CNI (Communication/Navigation/Identification) ;

  •  la section B est en charge de l’IWS (Integrated Weapon System ou système d’armes intégré), qui sert d’interface avec l’armement, et du radar. Elle est également responsable de tout ce qui concerne l’Electronic Warfare (Carapace, nacelle ALQ-131) et le pod Sniper.
nacelle Sniper radar nacelle de brouillage ALQ-131


Le Flight dispose d’un banc pour la recherche de pannes mais ne travaille pas sur les modules qui composent les différents systèmes. Ceux-ci sont généralement renvoyés en usine et directement remplacés.

Section Wheels, fuel, brakes

Le champ d’activité de cette section s’étend aux roues, aux réservoirs supplémentaires et aux freins du F-16.

Les travaux les plus fréquents concernent les roues et principalement les changements de pneumatiques. Le constructeur établit la durée de vie d’un train de pneus à 50 atterrissages mais ce nombre peut parfois être bien plus réduit en fonction du caractère plus ou moins abrasif de la piste utilisée, ce qui impose une surveillance régulière de l'état d'usure des pneus.

pneumatiques déclassés jantes de train principal démontage d'un pneu du train avant


S’ils ne connaissent pas de panne, les réservoirs subissent une inspection une fois par an. La section prend en charge les réservoirs de 370 gallons et leur poutre d’emport. Par contre, en ce qui concerne les réservoirs de 300 gallons, elle ne s’occupe pas de la poutre. Celle-ci peut, en effet, être utilisée pour l’emport d’autres charges, comme la nacelle ALQ-131, et sa maintenance est donc confiée à la section AME-Gun.

test sur un réservoir sous voilure de 370 gallons réservoir ventral de 300 gallons


Les blocs de frein ne sont pas soumis à une inspection calendaire. Ils ne sont remplacés que lorsqu’ils sont usés, ce qui peut prendre de 5 à 8 ans si aucun problème n’est détecté.

 bloc frein disques de frein


Section peinture

Cette section comprend trois ateliers :

  • la section Peinture qui applique les retouches de peinture qui sont nécessaires sur l'avion, à la suite de coups ou dommages, par exemple. La réfection de la peinture et le traitement de la corrosion s’effectuent de manière planifiée, lorsque l’avion rentre de phase. La remise en peinture intégrale des F-16 s’effectue quant à elle à la SABCA.

    gouverne horizontale F-16 en salle de peinture retouche sur le fuselage

    Seule exception à cette règle : les appareils de démonstration ou les décorations anniversaires. Au fil des ans et des réalisations, les peintres du Wing ont acquis une véritable expertise dans ce domaine qui constitue l’aspect le plus créatif de leur activité.

    invasion stripes sur le FA-57 préparation du Dark Falcon peinture du F-84F

    La section s’occupe également de la préparation des pièces pour les inspections NDI et de leur remise en peinture. Elle entretient par ailleurs le patrimoine de la Défense comme les avions ‘Gate guardians’ ou ceux qui sont dans les musées et elle met ses talents au service du Wing.

  • la section Composites travaille sur divers matériaux comme la fibre de verre, le nid d’abeille ou le carbone, présents à différents endroits sur le F-16. Elle intervient surtout pour effectuer des réparations causées par des coups ou la grêle, par exemple.

    structure en nid d'abeille protection pour stick bouteille de récupération de carburant

    Indépendamment de ce travail sur avion, elle développe et réalise localement des accessoires destinés à protéger l’avion et le personnel. On peut citer, à titre d’exemples, les bouteilles de récupération de carburant, les caches de protection du stick lorsque l’appareil est en maintenance ou encore les bouchons de protection des réacteurs. D’autres unités de la Défense sont régulièrement appel à ses compétences.

  • la section Stickers réalise les marquages de servitude des avions au moyen d’autocollants ou de pochoirs aux emplacements sur l’avion sur lesquels les autocollants sont interdits. Elle est aussi étroitement associée à la conception de projets sur des avions décorés ou des véhicules et réalise les marquages du matériel roulant (groupes et véhicules). Elle travaille pour les autres services du Wing, pour la signalisation de la base, par exemple, ainsi que pour d’autres unités de la Défense.
une partie des stickers qui peuvent être apposés sur le F-16 dérive réalisée pour les 70 ans du 2 Wing tactique véhicule de la 1ère escadrille


Un dernier mot

Cet article dresse un aperçu global des différents services qui assurent la maintenance du F-16 mais il n'est certainement pas exhaustif. D'autres sections, rouages plus petits, participent également au bon fonctionnement de l'imposante machine que représente la maintenance de l'avion.

Ces pages entendent par contre saluer le travail des techniciens. Spécialistes dans des domaines parfois très pointus, ils relèvent au quotidien les défis que pose la mise en œuvre d'un appareil de combat moderne. Des défis auxquels vont bientôt s'ajouter, pour certains, ceux liés à l'arrivée du F-35. Ces défis seront autant d'opportunités pour les militaires de demain à qui s'ouvre un univers de hautes technologies plein de promesses.


Texte : Vincent Pécriaux
Photos : 2 Wing tactique et Vincent Pécriaux


Tous nos remerciements au Colonel d'aviation Marc Villano, officier supérieur technicien du 2 W Tac, et à tous ceux - et celle - qui ont partagé leur passion pour leur métier et soulevé un coin du voile sur ce monde encore trop méconnu de la maintenance.