AMB
Monday 9 December 2019

Elsenborn, dernier ciel

Elsenborg 2010

J'ai eu l'occasion de visiter le 80 A alors qu'il vit ses derniers jours sous le ciel d'Elsenborn. Le B-Hunter n° 274 que l'on nous présente a un petit air de déjà vu lors de manifestations de La Défense.

UAV - 274 UAV - le moteur UAV - le moteur

En quelques instants, les mains expertes du technicien le dépouillent de ses atours et le moteur apparaît à nu. Le n° 288, sagement allongé dans sa caisse, semble parfaitement remis des émotions éprouvées lors de son retour au sol, suspendu à son parachute, le 9 octobre 2007.

Inutile de revenir sur les caractéristiques de l'engin qui ont déjà été décrites dans un précédent article des Ailes militaires belges. La mise en œuvre d'un UAV est complexe et demande une main-d'œuvre non seulement qualifiée mais assez nombreuse.

UAV un UAV dans son container UAV - le moteur

L'appareil en lui-même est dirigé par 3 personnes : le chef de mission, le pilote-navigateur et l'observateur. Dans le jargon technique, l'observateur s'appelle « RTO » soit Real Time Observer. Ces trois mots décrivent parfaitement sa fonction d'observateur en temps réel. C'est lui qui manipule la caméra. Il doit impérativement rester sur la cible, la criblant de prises de vues qui sont transmises en temps réel. Aucun enregistrement n'est effectué à bord. La caméra dont on voit le logement sur l'une des photos peut fonctionner en mode thermique.

Mais à côté de ces trois personnes, il y a les mécaniciens qui assurent l'entretien et les réparations éventuelles, il y a aussi les topographes qui relèvent les terrains, les pompiers qui sont présents au décollage et à l'atterrissage, le service météo qui communique l'état du ciel, qui décidera des conditions de vol.

Maintenance Group L'insigne La caméra

Atterrissage et décollage sont programmés et ne nécessitent pas d'intervention manuelle. Ces opérations nécessitent une programmation soigneuse et aucun élément ne peut être laissé au hasard sous peine d'accident comme celui survenu en RDC où il semblerait que l'on n'avait pas tenu compte de la portance différente sous ces latitudes. Les risques sont toutefois limités car en cas de problème, l'UAV cerclera autour d'un point déterminé jusqu'à épuisement du carburant et rejoindra le sol au bout de son parachute. En temps normal, pas de parachute prévu pour l'atterrissage mais des brins d'arrêt, comme sur les porte-avions.

Le berceau de la caméra Le moteur Le berceau de la caméra

La machine, construite en matériaux composites, est sensible aux tirs des armes légères, comme ceux essuyés par le n° 285, atteint d'une balle à Ndolo (RDC) en juillet 2006.

Bientôt les oiseaux seront déplumés et rangés dans leurs containers et partiront vers Florennes, leur nouveau nid.


Texte : Christian Letenre
Photos : Christian Letenre